Le Site d'un Ange nommé Izual

La Kabbale :

De cette croyance Egyptienne est parvenue à leurs esclaves hébreux qui ont, non pas par des hiéroglyphes, mais par l'écriture 5000 ans plus tard transmis leurs version, la Torah « Loi écrite et publique » et la Kabbale « Loi orale et secrète ».

Au commencement était l'Ain, le néant. Puis vint l'Ain Soph, l'espace infini, sans limite. Et enfin l'Ain Soph Aur, la lumière infinie, qui emplit d'abord l'Ain Soph, puis se contracta, faisant naître la vie, essence même de la lumière : Kether. Ainsi, Kether était née du néant. Mais Kether portait en soi les deux infinis, l'infiniment petit de l'Ain, qu'elle tendait à atteindre en contractant son coeur, et l'infiniment grand de l'Ain Soph Aur, qui en elle aspirait à remplir l'espace sans limite de l'Ain Soph. Si le coeur de Kether pouvait se contracter, son unité lui interdisait de trop s'étendre, car Kether est avant tout un point, le centre où l'Ain Soph Aur s'est regroupé.
De Kether dut donc émaner Malkut, qui serait le monde physique capable de remplir l'Ain Soph. Malkut n'est donc qu'un aspect de Kether. Mais Malkut ne pouvait être engendrée par Kether seule. De Kether émanèrent donc d'abord Hokmah, le principe masculin, puis Binah, le principe féminin. Hokmah contenait l'essence de Malkut, mais cette énergie devait être canalisée à travers Binah. On peut rapprocher cela de l'Ain, l'Ain Soph et l'Ain Soph Aur : l'Ain, le néant, ne pouvait s'étendre, seul l'Ain Soph contenait la possibilité d'extension, concrétisée par l'Ain Soph Aur. Ainsi, Kether ne peut- elle s'étendre seule, Hokmah contient l'essence de cette expansion, mais ce n'est qu'à travers Binah que la création peut être concrétisée.
Malkut apparut alors, mais cette apparition fut trop brutale, et nécessita de nouvelles étapes. Le choc de cette naissance retardée fut cependant violent, et le couple nouvellement créé, Chesed et Geburah, fut coupé de ses parents Hokmah et Binah par un Abîme appelé Daath. Ce nouveau couple put alors créer à son tour Tipheret, dont Malkut devait être issue. Le cycle de la création était terminé, restait à former effectivement Malkut. De Tipheret fut alors formé un nouveau couple, Netzah et Hod, qui formèrent à leur tour Yesod, la fondation de Malkut. Enfin vint Malkut, le royaume, matériel, qui pourrait emplir l'Ain Soph. Ainsi l'Univers était né, par la seule volonté de l'Unique.

Lien complet de l'arbre de Vie

Puis vient la génèse la création :

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
Or la terre n'était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l'abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.
Dieu dit: "Que la lumière soit!" Et la lumière fut.
Dieu considéra que la lumière était bonne, et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres.
Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Il fut soir, il fut matin, un jour.
Dieu dit: "Qu'un espace s'étende au milieu des eaux, et forme une barrière entre les unes et les autres."
Dieu fit l'espace, opéra une séparation entre les eaux qui sont au-dessous et les eaux qui sont au-dessus, et cela demeura ainsi.

Dieu nomma cet espace le Ciel. Le soir se fit, le matin se fit, - second jour.
Dieu dit: "Que les eaux répandues sous le ciel se réunissent sur un même point, et que le sol apparaisse." Cela s'accomplit.
Dieu nomma le sol la Terre, et l'agglomération des eaux, il la nomma les Mers. Et Dieu considéra que c'était bien.
Dieu dit: "Que la terre produise des végétaux, savoir: des herbes renfermant une semence; des arbres fruitiers portant, selon leur espèce, un fruit qui perpétue sa semence sur la terre." Et cela s'accomplit.
La terre donna naissance aux végétaux: aux herbes qui développent leur semence selon leur espèce, et aux arbres portant, selon leur espèce, un fruit qui renferme sa semence. Et Dieu considéra que c'était bien.

Le soir se fit, le matin se fit, - troisième jour.
Dieu dit: "Que des corps lumineux apparaissent dans l'espace des cieux, pour distinguer entre le jour et la nuit; ils serviront de signes pour les saisons, pour les jours, pour les années;
et ils serviront de luminaires, dans l'espace céleste, pour éclairer la terre." Et cela s'accomplit.
Dieu fit les deux grands luminaires: le plus grand luminaire pour la royauté du jour, le plus petit luminaire pour la royauté de la nuit, et aussi les étoiles.
Et Dieu les plaça dans l'espace céleste pour rayonner sur la terre;
pour régner le jour et la nuit, et pour séparer la lumière des ténèbres. Dieu considéra que c'était bien.

Le soir se fit, le matin se fit, - quatrième jour.
Dieu dit: "Que les eaux fourmillent d'une multitude animée, vivante; et que des oiseaux volent au dessus de ta terre, à travers l'espace des cieux."
Dieu créa les cétacés énormes, et tous les êtres animés qui se meuvent dans les eaux, où ils pullulèrent selon leurs espèces, puis tout ce qui vole au moyen d'ailes, selon son espèce; et Dieu considéra que c'était bien.
Dieu les bénit en disant: Croissez et multipliez remplissez les eaux, habitants des mers oiseaux, multipliez sur la terre!"

Le soir se fit, le matin se fit, - cinquième jour.
Dieu dit: "Que la terre produise des êtres animés selon leurs espèces: bétail, reptiles, bêtes sauvages de chaque sorte." Et cela s'accomplit.
Dieu forma les bêtes sauvages selon leurs espèces, de même les animaux qui paissent, de même ceux qui rampent sur le sol. Et Dieu considéra que c'était bien.
Dieu dit: "Faisons l'homme à notre image, à notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail; enfin sur toute la terre, et sur tous les êtres qui s'y meuvent."
Dieu créa l'homme à son image; c'est à l'image de Dieu qu'il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois.

Dieu les bénit en leur disant "Croissez et multipliez! Remplissez la terre et soumettez-la! Commandez aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, à tous les animaux qui se meuvent sur la terre!"
Dieu ajouta: "Or, je vous accorde tout herbage portant graine, sur toute la face de la terre, et tout arbre portant des fruits qui deviendront arbres par le développement du germe. Ils serviront à votre nourriture.
Et aux animaux sauvages, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui se meut sur la terre et possède un principe de vie, j'assigne toute verdure végétale pour nourriture." Et il en fut ainsi.
Dieu examina tout ce qu'il avait fait c'était éminemment bien. Le soir se fit, puis le matin; ce fut le sixième jour.
Lien complet sur La Génèse

Et pour comprendre tout ca La Guematria associe une valeur numérique au lettre hébraïque pour en donner plus de sens. Car biensûr il faut lire la Génèse dans sa langue d'origine.
Le mot « gematria » est dérivé du mot grec signifiant « géométrie ».

Lien complet vers la Guématria

« Et avec les vingt-deux lettres, lorsqu’Il les a tracées, découpées, multipliées et interverties, il a créé tout ce qui a été créé et créera tout ce qui sera créé. Et comment les a-t-Il multipliées ? L’alef avec chacune des lettres et chacune avec l’alef ; de même le bet et de même le guimel ; toutes tournent et s’intervertissent, et la totalité des mots ainsi formés est de 231 ; tu trouves donc que toute parole et toute créature ne peuvent se passer d’un être en plus au-dessus d’elles. »
Saadia Gaon, Commentaire sur le Séfer Yetzira ; traduction Mayer Lambert, éditions Verdier 2001.

Au verset 27 du premier chapitre de la Genèse, il est écrit à propos d’Adam :
« Il le créa mâle et femelle. »
En hébreu ces mots s’écrivent, ZaKhaR et NeQeBaH (זכר et נקבה), c’est à dire :
7 +20 + 200 et 50 + 100 + 2 + 5 = 227 + 157 = 384.
384 est le signe du + et du - dans l'univers

Aleph pour exemple est écrit avec 2 Yod + Vav donc (2x10)+6 = 26 qui symbolise la pulsation divine.
Aleph beth, le père, sagesse de l'intelligence, la création du monde
Le nom de Dieu YHVH dont chaque lettre symbolise :
Yod : Symbole du cep de vigne, sceptre paternel de Noé
Hé : Image de la coupe des libations, signe de maternité
Vav : Unir ensemble les deux signes, grand et mysterieux lingam
Hé : formuler une 2ème fois la maternité pour symboliser la cause à effet et l'effet à sa cause.








Tout procède par 3 ( Verité ), possibilité pour les contraires d'exister
Le créateur, il est actif, c'est l'esprit
L'acte de créer, c'est passif contrairement au créateur mais actif vis a vis de la créature
La créature, passif, c'est un corps

D'ou cette histoire de Golem :
Être, le plus souvent de forme humaine, le golem est créé par un acte de magie grâce à la connaissance des dénominations sacrées. Dans le judaïsme, l'apparition du terme golem remonte au Livre des Psaumes et à l'interprétation qu'en donne le Talmud ; il s'agit, dans ce contexte, tantôt d'un être inachevé ou dépourvu de forme définie, tantôt de l'état de la matière brute. Ainsi le Talmud appelle-t-il parfois Adam « golem » quand il veut faire allusion aux douze premières heures de sa vie : il s'agit là d'évoquer son corps encore dénué d'âme. Mais c'est surtout le Sefer Yesirah (le Livre de la Création) et l'exégèse ésotérique qui en fut faite qui développèrent l'idée du golem en relation avec les croyances concernant le pouvoir créatif du discours et des lettres de l'alphabet hébreu.

Selon Gershom Scholem, il convient de distinguer deux traditions très différentes du golem. L'une, proprement spéculative et mystique, s'appuie sur la foi en la puissance du Verbe divin, en celle des lettres du nom de Dieu (le tétragramme sacré) et, plus généralement, dans le pouvoir des lettres de la Torah et de leur disposition. Les diverses combinaisons et transformations de ces lettres constituent un mystérieux savoir qui permet de créer. Aux XIIe et XIIIe siècles, dans les cercles hassidiques de l'Europe centrale, les légendes issues du Talmud étaient interprétées dans un sens symbolique et la fabrication d'un golem ne désignait qu'un certain degré d'élévation intellectuelle et religieuse. Cette tradition ne fait allusion à aucun intérêt matériel que le sage pourrait tirer de la fabrication d'un golem. Ceux qui, au cours d'une réunion mystique, participaient à « l'acte de création » prenaient un peu de terre vierge et en faisaient une idole ; puis ils tournaient autour d'elle en une sorte de danse en prononçant les lettres sacrées et le nom secret de Dieu, selon un ordre et des protocoles détaillés. Le golem prenait alors vie ; quand les initiés inversaient le sens de leur danse ainsi que l'ordre des lettres sacrées, le golem s'écroulait et perdait la vie. Selon d'autres légendes, le mot Emet (la Vérité ou le Sceau du Dieu unique) devait être écrit sur le front du golem ; quand la lettre alef était effacée, ne demeurait plus que le mot met (mort) et le golem s'anéantissait.

La Chaine de Helx sur youtube et 1ère vidéo sur la prophécie d'Orion