Le Site d'un Ange nommé Izual

Etymologie des mots :

L’étymologie est une discipline diachronique de la linguistique, qui cherche à établir l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale, le plus souvent un mot.
Elle s’appuie sur des lois de la phonétique historique et sur l’évolution sémantique des termes envisagés.

Étymologie est un mot composé et savant issu du grec ancien, ἐτυμολογία / etumología, lui-même formé sur le mot du grec ancien τὸ ἔτυμov, « vrai sens, sens étymologique », et sur la base -λογια -logia, dérivée de λόγος / logos, « discours, raison »), qui sert à fournir les noms de disciplines. C'est donc, à l'origine, l'étude de la vraie signification d'un mot. La définition doit cependant être dépassée : l’étymologie étudie sinon l’origine, du moins un état, le plus ancien possible, des mots.

La langue française s’est élaborée lentement à partir d’un dialecte latin influencé par la langue celtique préexistante (substrat gaulois) puis plus encore par la langue de superstrat, le vieux bas francique. C’est sans doute vers l’époque de Charlemagne que les gens s’aperçoivent de cette évolution : ils ne parlent plus le latin mais l’« ancêtre » du français. Mais il faudra attendre François Ier pour que cette langue supplante le latin comme langue écrite et bien plus longtemps encore pour qu’elle soit comprise et parlée dans toutes les régions. Mis à part les influences qui ont pris part à sa genèse, la langue française a aussi emprunté de nombreux mots à d’autres langues :

au latin, majoritairement sous sa forme classique, phénomène qui se poursuit aujourd'hui :
au grec ancien via le latin, origine dite gréco-latine ;
au grec ancien directement pour former des mots savants en philosophie, science, technique… ; phénomène qui se poursuit de nos jours ;
à l’anglais, à partir du XIX e siècle, phénomène qui s'amplifie actuellement ;
à l’allemand aux xixe et XX e siècle essentiellement ;
à l’hébreu de manière réduite ;
à l'espagnol et aux langues amérindiennes à partir du XVI e siècle ;
aux langues indiennes (d’Inde) de manière négligeable ;
à l’italien à partir de la Renaissance ;
au néerlandais à partir du XVI e siècle dans les domaines maritime et commercial ;
à l’arabe, dans les domaines de l’astronomie, de la chimie, des mathématiques et du commerce ;
à l'ancien scandinave dans le domaine notamment de la marine ancienne et de la navigation au Moyen Âge ;

La Grammaire :

La Grammaire du Grec (gramma) prononcé Grab, Grav ou Graf
La grammaire apprend a peindre nos idées telles qu'elles existent dans notre esprit, peindre ses idées à travers des sons, suites de mots correspondant aux idées, le langage des signes à travers les gestes pour les sourds muets
La grammaire comparée étudie et compare différentes langues dérivées d'une langue originale commune ou étudie et compare deux ou plusieurs langues non nécessairement issues d'une langue commune.
Notons que par exemple, les langues romanes remontent jusqu'au latin, les langues indo-européennes jusqu'au grec et au sanskrit.
Par ailleurs, pendant plusieurs décennies, dans plusieurs pays, l'on enseignait une langue étrangère en la comparant avec la langue maternelle des apprenants. Cette méthode a été remplacée par la méthode communicative jugée plus efficace.

Dans la Grammaire nous avons 4 parties: Les Elements, les Diverses Formes, l'Arrangement et la Manière
Ce qui découle de 4 autres parties : les Parties, la Déclinaison et la Conjugaison, la Syntaxe et la Grammaire Comparative

Les arts libéraux se divisent en deux degrés : le Trivium et le Quadrivium.

Le Trivium, mot qui signifie les trois chemins ou « les trois voies ou matières d'études » en latin, concerne le « pouvoir de la langue » (expression, raisonnement, persuasion et séduction) et une première maîtrise des lettres. Il se divise en :

grammaire,
dialectique
rhétorique.