Le Site d'un Ange nommé Izual

Vertes sont les feuilles des arbres qui t'entourent
Mais glacial est le vent qui s'engouffre dans le chemin
Tes regards se perdent dans le lointain
Car perdu tu essayes de crier au secours

Courir ou marcher, les ombres te poursuivent de près
Et effrayé tu cours sans réfléchir
Et à un moment tu éspère même pouvoir en sortir
Mais sans le savoir ta vie s'arrêtera d'un trait

La nature abrite des animaux
Et sa loi est que chacun essaye de survivre
Et tombé tu deviens une proie de chair et d'os
Personne ne connaîtra la fin de ton livre

Qui savait que ce jour là tu nous manquerais
Qui aurait su que finalement
La forêt en hiver et son vent frais
T'aurais arraché comme les feuilles s'arrachent au vent.

Partager sur Facebook