Le Site d'un Ange nommé Izual

Petite, très petite je suis
Dans cette chambre vide et sombre
L'aiguille tourne dans l'ombre
Comme hier et comme aujourd'hui

Et une porte qui claque fort
Toujours cette voix qui résonne en bas
A ce moment, toujours ce moment là
C'est mon prénom qu'on entend de dehors

Et ces yeux que je vois chaque soir
Et ces coup que j'arrive pas à voir
Avec cette douleur qui grave ma mémoire
Continuant à souffrir, enfermé dans le noir

Pourquoi? Ce sont toujours les mêmes mots
Que j'entends, que je comprends pas
Que je ressents, que je supporte pas
Qui sont gravés, qui ne s'éffacent pas

Et un jour, j'ai vu la lumière
Perdu, pourtant j'étais libéré
De ces jours qui s'enchainaient comme hier
Car il m'a noyé pour finalement se tuer

Finalement, je suis désolé d'avoir éxisté
Car c'est sur moi que longtemps il s'est acharné
A pas comprendre, pas supporter la réalité
Et qu'à cause de moi, il s'est tué

Partager sur Facebook